mercredi 16 décembre 2015 à 17:09

Personnage hors norme, Ronnie O'Sullivan fait cette semaine son grand retour à la compétition après plusieurs mois d'absence. Les bookmakers font déjà du Britannique le favori des Masters de janvier. L'occasion de revenir sur le parcours de ce mauvais garçon ainsi que sur ses errements. Des faux pas dans lesquels s'est paradoxalement forgé le lien affectif qui le lie à tous les fans de snooker.

La plus grande rock star du snooker

Ronnie O'Sullivan

Il a le regard d'un frère Gallagher, mais il en a surtout cette attitude de bad boy délicieusement british. Dans l'atmosphère très feutrée des clubs de snooker anglais, Ronnie O'Sullivan détonne autant par son style de jeu que par son attitude souvent irrévérencieuse. Un tempérament tourmenté qui, au moins pour partie, prend des allures d'héritage familial.

 

Le petit Ron n'a que dix ans lorsqu'il réalise son premier century. Cinq ans plus tard, il signe pour la première fois un break maximal en empochant toutes les billes. Puis en 1992, alors âgé de 17 ans, il remporte son premier UK Championship et entre dans la sphère professionnelle. Auteur d'une série de 38 victoires consécutives pour lancer sa carrière, il voit cette même année son environnement familial le rattraper : impliqué dans une rixe à la sortie d'un bar, son père — par ailleurs propriétaire d'une chaîne de sex-shops — commet un meurtre qui lui vaudra une condamnation à 18 ans de prison. Histoire d'enfoncer le clou, sa mère Maria est à son tour condamnée quelques mois plus tard à passer un an sous les barreaux pour évasion fiscale.

 

Voilà un contexte qui, au sortir de l'adolescence, vous forge un personnage ! La carrière de Ronnie aura donc elle aussi son lots de coups d'éclat et de coups de sang. Dépression, problèmes de drogue, suspension de deux ans pour s'en être pris à un officiel... En vingt ans de carrière, tout l'arsenal du mauvais garçon y passe. En 1996, les instances du snooker lui infligent une amende de 20 000 £ pour avoir agressé un journaliste officiel. En 1998, son titre des Masters d'Irlande lui est retiré après un test anti-dopage faisant apparaître des traces de marijuana. Les prémices d'une véritable litanie de frasques.

 

De la trempe des "Canto" et des "Gazza", Ronnie O'Sullivan n'est pas toujours compris, ni apprécié. En revanche, personne ne peut lui retirer son statut de show man sans équivalent sur la scène snooker. Quiconque a un jour zappé par mégarde sur Eurosport, avant de se retrouver hypnotisé des heures durant par ses "frames" supersoniques, le confirmera. Bon nombre de passions pour la discipline sont d'ailleurs nées lors du visionnage d'une de ses parties.

Du talent, de l'impertinence

Ronnie O'Sullivan et son père
Le petit Ron et son papa vendeur de godes

Le quintuple champion du monde (2001, 2004, 2008, 2012 et 2013) est aussi pétri de talent que son palmarès le laisse supposer. Parfaitement ambidextre, il est réputé pour sa rapidité d'exécution et sa capacité à construire des breaks avec facilité. De son propre aveu perfectionniste à l'extrême, il lui arrive cependant de laisser transparaître des défauts récurrents : un manque de solidité mentale lorsque son jeu perd en efficacité, une certaine irrégularité dans les coups dits de sécurité, ou encore des difficultés face à des adversaires lents susceptibles de casser son rythme...

 

Tous ces petits travers qui font partie intégrante de sa légende ne sont toutefois rien en comparaison de ses coups de sang, autour de la table comme à la ville. En 2002, il se voit contraint de s'excuser publiquement après avoir tenu des propos désobligeants envers Stephen Hendry, juste avant leur demi-finale de championnat du monde. En 2005, celui que ses fans surnomment The Rocket perd un match après l'avoir disputé en quasi totalité avec une serviette sur la tête. En 2006, il s'incline par forfait face au même Hendry en quart de finale du championnat britannique. Mené 4-1 dans un match au meilleur des 17 parties, il rate un coup difficile sur une rouge avant de prendre la poudre d'escampette sur un coup de tête. Il présentera plus tard ses excuses au public présent et écopera d'une amende de 20 000 £.

 

Autant d'anecdotes qui lui valent d'ailleurs un second sobriquet : celui de "Two Ronnies", en référence aux deux facettes de sa personnalité décidément très complexe. C'est bien simple : depuis ses débuts, pas une saison ou presque ne l'a vu se départir de son insolence et de son goût pour la provocation. L'un de ses plus célèbres écarts date de 2008, lors de l'Open de Chine. Défait par le dénommé Marco Fu, il s'autorise des écarts en pleine conférence de presse. Entre deux remarques obscènes, il invite un journaliste à lui administrer une fellation, puis plaisante à propos de la taille de son pénis et conclut par la simulation d'un acte sexuel avec son micro. Un comportement qui, là encore, lui vaudra une sanction financière symbolique ainsi qu'un retrait de points au classement mondial.

Un come-back très attendu

Depuis avril, les fans de Ronnie se languissent de leur chouchou. Suite à sa défaite en quart de finale des championnats du monde face à Stuart Bingham (le futur champin), le jeune quarantenaire a pris ses distances avec le circuit. Il a certes disputé quelques parties exhibitions dans l'intervalle, mais sans jamais prendre part à la moindre compétition officielle. Un hiatus qu'il évoquait en ces termes, sur Eurosport, il y a à peine plus d'un mois :

J'aurais bien sûr beaucoup aimé pouvoir disputer les compétitions majeures cette année, mais mon médecin s'est montré très clair sur le fait que mes problèmes d'insomnies s'y opposaient. Parfois, je dors si peu que je serais incapable de réaliser un break de 20 points. Pour moi, il est hors de question de me présenter face à de grands joueurs dans cet état.

[...]

Pour tout dire, j'apprécie plutôt la vie sans compétition. Je prends plus de plaisir que jamais à m'entraîner. Je joue pour le plaisir uniquement. J'essaie encore d'être le meilleur possible, mais je n'ai pas besoin de m'y investir plus que de raison.

Ronnie O'Sullivan snooker

En dépit de ces déclarations, la récente annonce du retour de la plus grande star du circuit a été accueillie très favorablement par les bookmakers. La cote de 1,03 qui lui est attribuée par Winamax pour son premier match ce samedi, face à Hamza Akbar lors des qualifications pour les German Masters, ne constitue naturellement pas une surprise tant le 123e mondial semble à la mesure du Britannique. En revanche, la cote de 4,40 que l'opérateur lui a fixée pour une victoire lors des Masters de janvier s'avère beaucoup plus significative : elle en fait tout simplement le favori de cette compétition, toujours considérée aujourd'hui comme la plus prestigieuse de la saison avec les championnats du monde et le UK Championship.

 

Peut-être les bookmakers gardent-ils tout simplement en mémoire le précédent de l'exercice 2012-2013. À l'époque, Ronnie avait également fait l'impasse sur la majeure partie de la saison, avant de signer un retour tonitruant lors des championnats du monde. Un exploit qu'il aura sans doute dans un coin de la tête lors de son grand retour à l'Alexandra Palace de Londres, dans très exactement un mois.

Bonus : le 147 le plus rapide de l'histoire

Ronnie O'Sullivan est l'auteur des cinq séries maximum (147) les plus rapides de l'histoire. Dans ce registre, son chef d'œuvre date du 21 avril 1997 avec, à l'occasion du 1er tour des Championnats du Monde, un break chronométré par le Guinness Book en 5 minutes et 20 secondes.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Ronnie O'Sullivan : la légende du snooker enfin de retour
Cette news a suscité 3 commentaires :
News

Personnage hors norme, Ronnie O'Sullivan fait cette semaine son grand retour à la compétition après plusieurs mois d'absence. Les bookmakers font déjà du Britannique le favori des Masters de janvier. L'occasion de revenir sur le parcours de ce mauvais garçon ainsi que sur ses errements. Des faux pas dans lesquels s'est paradoxalement forgé le lien affectif qui le lie à tous les fans de snooker.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 3 commentaires sur le forum
Les news à la Une
lundi 15 février 2021 à 10:44
Télex

La dernière mise à jour réalisée par l'ANJ concerne le foot et le tennis. Première info : les paris sur les 32e de finale de la Coupe de France ne peuvent porter que sur les rencontres auxquelles participent des équipes de L1 ou de L2. Seconde info : les doubles dames et messieurs de l'US Open, de l'Open d'Australie et de Wimbledon ne peuvent faire l'objet de paris qu'à partir des quarts de finale.

jeudi 11 février 2021 à 15:08
Télex

À l'occasion du retour de la Ligue des Champions, Winamax propose un bonus de bienvenue spécial. Le principe ? Les résultats de tous les matchs de Ligue des Champions disputés les 16, 17, 23 et 24 février verront leurs cotes doublées (jusqu'à 50 € de mise). Attention : cette offre ne sera valable qu'à partir de ce vendredi 12 février. Pour en profiter, c'est par ici que ça se passe !

mercredi 10 février 2021 à 13:58
Télex

Si vous étiez devant le Super Bowl, alors vous avez sans doute aperçu Yuri Andrade débouler sur le terrain en petite tenue. L'homme a en réalité signé un coup de maître : d'abord en pariant sur Bovada qu'un streaker interromprait la rencontre (cote de +750), puis en s'en chargeant lui-même avec l'aide d'un ami. Résultat : une amende de 1 000 $ mais un gain de... 375 000 $.

lundi 1 février 2021 à 16:40
Télex

Tenir une comptabilité régulière de ses paris sportifs constitue une bonne pratique parmi d'autres pour améliorer son pourcentage de réussite. Dans certains cas, ce seul conseil peut même suffire à transformer un parieur perdant en gagnant. La preuve avec le bilan d'une saison de paris sur la NFL, et au passage l'examen d'une stratégie de spécialisation sur les touchdowns.

mardi 8 décembre 2020 à 10:11
Télex

Comme chaque semaine, Winamax dégaine une nouvelle offre à l'occasion des matchs de Ligue des Champions et Ligue Europa. Si vous placez un combiné de trois buteurs et qu'une seule sélection est finalement erronée, alors un freebet de 10 € vous sera crédité. Attention : le montant du pari doit être de 10,20 € ou plus, mais toujours avec les fameux 20 centimes.

lundi 7 décembre 2020 à 9:34
Télex

Comme souvent, c'est à un élargissement à la marge que procède l'ANJ à la demande de plusieurs opérateurs. Ainsi, il est désormais possible de miser sur le nombre de points par manche en baseball, mais aussi sur le classement final d'un grand prix de moto GP (jusqu'à 15 pilotes) et sur l'identité du pilote réalisant le meilleur temps de la dernière séance de qualif'.

jeudi 29 octobre 2020 à 14:20
Fantasy NFL : la correction de stats à un million de dollars

Après le coup de sifflet du match opposant les Los Angeles Rams aux Chicago Bears, Rob Huntze avait la conviction de mettre la main sur un magot de 997 000 $. La correction d'une statistique, 30 minutes après la fin de la rencontre, a finalement ramené son gain sur DraftKings à 3 500 $. Une anecdote qui aide à relativiser toutes les égalisations dans les arrêts de jeu qui vous ont privé d'un pari gagnant.

mardi 20 octobre 2020 à 15:45
Télex

La Ligue des Champions est de retour, et avec elle le challenge des étoiles sur Winamax ! Étalée du 20 octobre au 9 décembre, cette compétition dotée de 5 000 récompensera les participants les plus réguliers du fameux Jeu de l'Entraîneur. Au terme de la première journée, il ne restera déjà plus que 1 000 coachs dans la course au magot. En ferez-vous partie ?

mardi 1 septembre 2020 à 9:58
L'ANJ revient sur l'effrondrement des paris sportifs durant le confinement

De 2010 à 2019, les mises des parieurs sportifs ont progressé de 27 % par an en moyenne. Cette belle dynamique ne pouvait être entravée que par un événement extraordinaire, et c'est ce qui s'est passé au deuxième trimestre avec l'annulation ou le report de la plupart des grandes compétitions sportives. Sur la période, le chiffre d'affaires des opérateurs a logiquement plongé de 56 %.

mardi 1 septembre 2020 à 8:57
Télex

ZEbet annonce le renouvellement et l'élargissement de son partenariat avec l'ASSE. L'opérateur s'affichera désormais sur le short des Verts jusqu'en 2022, avec en prime une "forte visibilité" au Stade Geoffroy-Guichard en soir de match. Il y a deux semaines, le bookmaker avait également confirmé son engagement auprès du Stade de Reims avec une présence de la marque sur les maillots champenois et les espaces publicitaires du stade Auguste-Delaune.