jeudi 28 avril 2016 à 9:47

Sollicitée par Betclic et PMU pour élargir la liste des supports de paris autorisés en France, l'ARJEL a opposé une fin de non recevoir à la quasi-totalité de leurs requêtes en suivant les recommandations de la Fédération Française de Tennis (FFT). En cause, des risques de corruption liés à des enjeux sportifs ou financiers trop faibles.

Rafael Nadal

On le sait : en tant que sport individuel, le tennis fait partie de ces disciplines pour lesquelles les risques de corruption sont considérés comme élevés. La dernière affaire révélée par la BBC en janvier, en marge de l'Open d'Australie, n'a fait que le rappeler. À partir de là, rien de surprenant à voir l'ARJEL accueillir les demandes d'élargissement des supports de paris avec une extrême prudence.

 

En l'occurrence, les requêtes émanaient des dirigeants de PMU et Betclic. PMU, d'abord, sollicitaient l'ajout sur la liste des compétitions autorisées des tournois ATP Challenger et WTA 125. Comme de coutume, l'ARJEL a consulté la FFT avant de se prononcer. Et la réponse de la Fédération n'a fait que renforcer ses propres craintes quant à d'éventuels risques de corruption lors de ces compétitions :

Extraits de la réponse de la FFT

La faible exposition médiatique de ces tournois ne permet pas de conclure qu'ils ont une notoriété suffisante pour protéger les acteurs des tournois des propositions visant à les corrompre. [...] Le montant des prize money varie selon les tournois ATP Challenger entre 40 000 et 125 000 $, ce qui reste peu élevé. De même, le montant des prize money distribué dans le cadre des tournois WTA 125 (1 100 $ en simple au premier tour), ne semble pas suffisamment important pour que les joueuses puissent refuser une sollicitation de corruption.

De son côté, Betclic souhaitait depuis un an (demande adressée le 7 mai 2015 !) pouvoir proposer des paris sur davantage de matchs de doubles : les huitièmes de finale en Grand Chelem, en Masters 1000 (et en Premier Mandatory chez les dames) ; les demi-finales en ATP 500 et en ATP 250 (et en WTA Elite Trophy, Premier 5, Premier 700 et International chez les dames) ; ou encore les demi-finales lors des Jeux Olympiques.

 

À cette série de requêtes ambitieuses s'en ajoutait une dernière plus farfelue : les quarts de finale de double en finals ATP et WTA finals. Farfelue puisque, comme l'a fort justement fait remarquer la FFT en réponse, "les quarts de finale n'existent pas dans ces compétitions [qui] se jouent en poule jusqu'aux demi-finales."

 

La quasi-totalité des autres demandes ont elles aussi obtenu une réponse négative, la FFT et l'ARJEL mettant systématiquement en avant des enjeux sportifs et financiers insuffisants, ainsi qu'une couverture médiatique trop limitée. Seule la doléance relative aux demi-finales des Jeux Olympiques en doubles messieurs, dames et mixtes a in fine trouvé une oreille attentive du côté des instances :

Extraits de la réponse de la FFT

L'enjeu sportif pour ces demi-finales est très élevé. Une finale mais aussi une médaille sont à la clé. [Par ailleurs] la couverture médiatique de ces demi-finales en double bénéficie de celle plus globale des Jeux Olympiques. Elle est donc très satisfaisante. La tentative de corruption est en conséquence peu plausible. [Enfin] les demi-finales de doubles des Jeux Olympiques semblent présenter un enjeu et une notoriété garantissant un nombre suffisant de parieurs en France.

Les news à la Une
mardi 13 février 2018 à 14:20
Télex

À point nommé ! À l'occasion du retour de la Ligue des Champions, Winamax propose deux opérations promotionnelles sur son Jeu de l'Entraîneur. Les novices, d'abord, peuvent s'essayer au format avec une grille à 2 € remboursée. Quant aux habitués, ils ont droit à trois classements dotés respectivement de 2 000 € pour le contest à 2 €, et de 1 000 € pour les contests à 10 et 50 €.

jeudi 8 février 2018 à 14:30
Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang : les chances de médailles françaises

Faire mieux que les quinze médailles décrochées à Sotchi en 2014 : tel est l'objectif affiché par la délégation française présente à Pyeongchang à l'occasion de la 23e édition des Jeux olympiques d'hiver. Outre les têtes d'affiche que sont Martin Fourcade, Tessa Worley ou encore Alexis Pinturault, bien d'autres jeunes pousses sont armées pour briller en Corée du Sud.

mardi 16 janvier 2018 à 13:31
Télex

De retour le week-end dernier au grand bonheur de Tony Chapron, la Ligue 1 monte en puissance avec une 21e journée programmée en semaine. Appuyé par Echoes, Serval75 se penche sur les trois matchs prévus ce mardi et les sept autres de mercredi. Des analyses de nature à éclairer votre propre lanterne.

jeudi 11 janvier 2018 à 14:27
Télex

La trêve hivernale a été longue et ce ne sont pas les quelques matchs de Coupe de la semaine écoulée qui ont rassasié les pronostiqueurs en herbe. On reprend les bonnes habitudes avec quelques éléments de nature à alimenter vos réflexions. Strasbourg et Troyes, notamment, ont les faveurs de Serval75.

mardi 28 novembre 2017 à 10:33
Télex

Le Jeu de l'Entraîneur de Winamax s'offre un nouveau contest NBA gratuit et doté de 3 000 € dans la nuit du 6 au 7 décembre. Son accès sera toutefois subordonné à votre participation aux autres contests de la semaine. Ainsi, un ticket freeroll vous sera attribué toutes les trois équipes validées sur le contest à 50 €, toutes les dix équipes sur celui à 10 € et toutes les cinquante équipes sur le 2 €.

vendredi 24 novembre 2017 à 13:28
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL rappelle la loi

Il n'est pas rare qu'un opérateur de paris sportifs limite le montant des mises de certains de ses clients, notamment lorsque ces derniers parviennent à dégager des gains substantiels. Dans une délibération en date du 23 novembre, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) rappelle que cette pratique est très strictement encadrée par la loi.

vendredi 24 novembre 2017 à 10:25
Télex

Active à l'international depuis plusieurs années, la société Vivaro Betting a obtenu un agrément auprès de l'ARJEL le 14 septembre dernier. Dans une nouvelle décision datée du 23 novembre, le régulateur autorise cet opérateur à déployer son offre de paris sportifs depuis le nom de domaine pasinobet.fr. Une marque historiquement associée au Groupe Partouche.

mardi 21 novembre 2017 à 14:01
Télex

Comme le BDS s'en est déjà fait l'écho, la justice française considère qu'un contrat de pari est un engagement ferme et définitif, lequel ne saurait être remis en cause par une erreur imputable au bookmaker. La FdJ en a fait les frais il y a quelques jours, à l'occasion des 16e de finale de Coupe de France féminine de handball, en confondant le club de Palente Besançon (3e division) avec celui de l'ESBF Besançon (1re division). Résultat : une cote de 3,40 attribuée aux grands favoris du match, comme l'explique L'Est Républicain.