mardi 14 septembre 2021 à 7:21

Les publicités en faveur de Pronoclub ont fait le tour des chaînes de télévision et des médias généralistes. La plateforme de conseil et de formation en paris sportifs est aujourd'hui dans la tourmente : une centaine de plaintes la visent, dont une à mettre au crédit de l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ). Une enquête est en cours pour escroquerie et vente par parrainage.

Pronoclub pub
Bisous

Le 10 septembre dernier, Pronoclub se fendait d'un communiqué qui s'efforçait d'être rassurant à l'égard de ses clients : "Suite à un rendez-vous très enrichissant avec la DDPP (direction départementale de la protection des populations), nous avons été contraint de retirer certaines fonctionnalités de notre plateforme". Les fonctionnalités en question ? Les parties investissement et parrainage du site.

 

Mais en réalité, ledit rendez-vous s'avère plus inquiétant qu'enrichissant pour la plateforme. La DDPP enquête en effet depuis plusieurs semaines sur le système de vente par parrainage mis en place par le site. Ces derniers mois, une centaine de plaintes pour escroquerie auraient été déposées à l'encontre de la plateforme. Parmi elles, confirme le parquet de Nanterre auprès l'AFP, figure une plainte de l'ANJ déposée le 11 juin.

 

Dans un article publicitaire mis en ligne par Le Figaro au printemps, le fondateur de Pronoclub Thomas Boursin assurait pourtant de sa bonne volonté. "Après avoir constaté que les arnaques dans le domaine des paris sportifs sont monnaie courante", pouvait-on alors lire, "il a la volonté de redorer l'image du milieu et crée en 2020 PronoClub". De toute évidence, l'objectif n'est pas tout à fait rempli.

 

Mais de quoi accuse-t-on précisément Pronoclub ? À travers son offre d'investissement, la plateforme promettait 10 % d'intérêts chaque mois aux clients qui accepteraient de lui confier leur argent. Selon le Parisien, plus de 4 700 abonnés n'auraient pas su résister aux sirènes. Or le service a été clôturé avant l'été et depuis, ils seraient des centaines à ne pas parvenir à récupérer leur investissement. Une manœuvre rendue d'autant plus compliquée que les conditions générales de vente ont été modifiées a posteriori de façon manifestement abusive.

 

La presse (Libération, Sud-Ouest) évoque aujourd'hui un préjudice potentiel de plusieurs millions d'euros. Autant dire que si vous devriez voir moins de pub à la télévision, vous n'avez pas fini d'entendre parler de Pronoclub...

Les news à la Une
lundi 4 juillet 2022 à 13:31
Télex

Dès décembre 2020, la société B.E.S. SAS (pour bwin Entertainment Services SAS) avait déposé une demande d'ajout de nom de domaine pour que son offre de paris sportifs soit accessible sur partypoker. Si l'ANJ a donné son aval dès février 2021, l'opérateur a pris son temps avant de déployer son offre. C'est désormais chose faite, même si les habitués de Bwin ne seront pas dépaysés par les cotes proposées.

vendredi 1 juillet 2022 à 9:43
Télex

Le Jeu de l'Entraîneur se met à la page de la Grande Boucle et pour l'occasion, Winamax sort de son chapeau un challenge spécial doté de 6 000 € de freebets. Top départ aujourd'hui de la première semaine dotée de 2 000 €, avec un contre-la-montre qui vous obligera à vous creuser les méninges pour rester dans le budget !

lundi 21 mars 2022 à 9:39
Tout pour la Daronne : l'ANJ demande à Winamax de retirer sa publicité des écrans

Il y a un mois, l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) formulait une série de recommandations et de lignes directrices à l'attention des opérateurs de jeux en ligne, lesquelles portaient aussi bien sur le contenu des publicités que sur leur fréquence de diffusion. Sur cette même base, le régulateur demande aujourd'hui à Winamax de procéder au retrait d'une de ses publicités emblématiques. Une première.

jeudi 24 février 2022 à 10:12
Jeux en ligne et publicité : les lignes directrices et recommandations de l'ANJ

Six mois après avoir constaté qu'"une ligne jaune a été franchie en terme de pression publicitaire", l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) formule une série de recommandations et de lignes directrices à l'attention des opérateurs de jeux en ligne. Celles-ci portent aussi bien sur le contenu des publicités que sur leur fréquence de diffusion.

lundi 24 janvier 2022 à 9:16
Télex

Ce n'est pas une annonce qui vous fera tomber de votre chaise, mais par une décision datée du 20 janvier l'ANJ vient de compléter sa liste des supports de paris autorisés avec trois compétitions : d'une part l'United Rugby Championship en rugby à XV, d'autre part la BNXT League et la Leaders Cup Pro B en basket. Des ajouts réalisés suite à plusieurs demandes de La Française des Jeux.

mercredi 12 janvier 2022 à 10:05
Télex

Un combo WTF, ça vous branche ? Bon évidemment, tout le monde n'a pas les moyens de miser 30 000 $ sur un pari combiné de cinq matchs comme Marco Piemonte. Ce spécialiste de foot US a remporté 1,2 million de dollars ce lundi grâce à la victoire des Georgia Bulldogs sur Alabama. Et comme la vie est bien faite, on a même une vidéo sous le coude qui immortalise ce grand moment.

mardi 4 janvier 2022 à 16:07
Télex

Si vous cherchiez une raison supplémentaire de suivre la Coupe d'Afrique des Nations, Winamax vous l'offre avec un bonus de dépôt très spécial. Votre objectif : sélectionner une équipe dont vous estimez que l'attaque se montrera prolifique, puis récolter un freebet à chaque but marqué. La dimension stratégique est par ailleurs intéressante, les buts du Sénégal ne rapportant par exemple pas autant que ceux de la Mauritanie.

lundi 29 novembre 2021 à 8:47
Télex

Pas grand à se mettre sous la dent dans la dernière fournée de décisions de l'ANJ. Le régulateur procède tout de même à un ajout (anecdotique) à la liste des supports de paris autorisés : la première équipe à atteindre un score donné en football. Un type de sélection déjà proposé dans d'autres disciplines, comme par exemple le football américain.

lundi 25 octobre 2021 à 13:01
Télex

Fin 2017 déjà, l'Autorité Nationale des Jeux soulignait que les opérateurs de paris sportifs n'étaient pas dans leur droit en refusant d'enregistrer totalement ou partiellement les mises de certains parieurs, à moins de justifier d'un motif légitime tel que la prévention du jeu excessif, la lutte contre la fraude ou leur propre exposition financière. Le régulateur en remet une couche dans une délibération en date du 21 octobre. La différence ? Le Conseil d'État ayant tranché en sa faveur en avril, l'ANJ brandit désormais la menace de poursuites devant sa commission des sanctions.