jeudi 10 décembre 2015 à 15:45

Conséquence d'une procédure initiée par Betclic Everest Group, l'Autorité de la concurrence a enjoint PMU d'opérer une distinction entre ses liquidités live et online. Une exigence à laquelle l'opérateur se conforme à partir d'aujourd'hui, et qui devrait se traduire par une différenciation des cotes proposées dans un certain nombre de paris hippiques.

Point de vente PMU
(crédit photo : Le Figaro)

L'affaire aura décidément duré bien longtemps. Ses premiers soubresauts remontent à janvier 2012, lorsque Betclic Everest Group s'émeut d'un "avantage déloyal" que son concurrent PMU tirerait du mélange de ses liquidités live et online en matière de paris hippiques. Le leader du pari sportif en ligne décide alors de saisir l'Autorité de la concurrence. Le 25 février 2014, la procédure aboutit une décision dont la substantifique moelle est couchée noir sur blanc dans le paragraphe suivant :

 

"Le PMU s'engage à procéder à une séparation effective de sa masse unique d'enjeux entre les mises collectées sur son site pmu.fr et celles collectées sur ses autres vecteurs de prises de paris hippiques, au 30 septembre 2015. En cas de difficultés de mise en œuvre, le PMU pourra [...] demander à l'Autorité de lui accorder un délai supplémentaire de trois mois maximum."

 

Près de deux ans plus tard, cette décision entre aujourd'hui en application. PMU a en effet usé de son droit à un délai supplémentaire de trois mois, puis a fixé la date du 10 décembre pour procéder à la différenciation effective des deux masses d'enjeux. Désormais, les mises recueillies dans ses 12 000 points de vente et sur sa plateforme en ligne font l'objet de deux comptabilités distinctes.

 

Dans une interview accordée à la chaîne Equidia, le directeur général du PMU Alain Resplandy-Bernard a accepté d'en dire un peu plus sur les conséquences de cette scission des liquidités : "Il y aura deux caisses distinctes au PMU : celle de la masse online et celle de la masse offline. Les enjeux enregistrés dans chaque caisse ne sont pas cumulés et les rapports seront donc différents. Pour des jeux d'un même type, comme le jeu simple gagnant par exemple, il y aura une cote online et une cote offline et donc un rapport online et un rapport offline" (NDLR : en dépit d'un TRJ dont PMU a décidé qu'il resterait identique live et online).

 

Du côté de la concurrence, on se réjouit ouvertement d'une décision censée favoriser un léger "rééquilibrage du marché". Il faut dire que PMU pouvait jusqu'alors mettre à profit sa liquidité live dix fois supérieure (en 2014, 9,1 milliards de mises en live contre 843 millions online) pour accepter de grosses mises en ligne sans engendrer une chute des cotes, ou encore proposer sur sa plateforme des jeux complexes avec plusieurs niveaux de rapport.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
PMU contraint de distinguer ses réseaux de paris physiques et en ligne
Cette news a suscité 5 commentaires :
News

Conséquence d'une procédure initiée par Betclic Everest Group, l'Autorité de la concurrence a enjoint PMU d'opérer une distinction entre ses liquidités live et online. Une exigence à laquelle l'opérateur se conforme à partir d'aujourd'hui, et qui devrait se traduire par une différenciation des cotes proposées dans un certain nombre de paris hippiques.

[...] Lire la suite…




(crédit photo : Le Figaro)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La France interdisant l'ouverture d'agence de Paris autres que la FDJ pour le sport, et le PMU pour le turf .. Il est "logique" que ces 2 entités soit au moins du même niveau que les sites en ligne ... d'autant plus que ZeTurf (online uniquement) a toujours proposer de meilleures côtes turf que PMU .. 

Pourquoi ne pas laisser Betclic, Bwin, Netbet, Winamax, ouvrir des agences de paris en France ? Ah oui le Lobby fdj ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La France interdisant l'ouverture d'agence de Paris autres que la FDJ pour le sport, et le PMU pour le turf .. Il est "logique" que ces 2 entités soit au moins du même niveau que les sites en ligne ... d'autant plus que ZeTurf (online uniquement) a toujours proposer de meilleures côtes turf que PMU .. 

Pourquoi ne pas laisser Betclic, Bwin, Netbet, Winamax, ouvrir des agences de paris en France ? Ah oui le Lobby fdj ... 

Le lobby est certes très puissant , mais tu imagines la tête des commerçants qui ont payés des fonds de commerces affillié pmu et fdj si ceux ci voyaient une boutique betclic ou winamax débarquer juste à coté et la valeur de leur fond de commerce tomber à pic par la même occasion .

Et puis l'état aurait tout à y perdre , en restant ainsi , aucun changement à fournir dans les taxes , la gestion , les contrôles , etc , etc .

Les casinotiers aimeraient peut être en proposer dans leurs salles pour attirer du monde vers les machines à sous , mais ils n'auraient  pas envie de voir s'ouvrir des casinos fdj .

 

Mais je te l'accorde , la fdj c'est des .......et ils ont l'état comme actionnaire il me semble , donc c'est pas prêt de changer .

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La différence entre le quinté+ et le e-quinté d'aujourd'hui doit faire un peu mal au cul de Marcel qui joue au PMU de Gannat depuis 30 ans en buvant un petit rosé...heureusement il l'a pas touché:

 

Quinté+ ordre: 46 938.80€

E-Quinté ordre: 70.980,60 €

On parle bien de la même course hein...!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

La cour d'appel de Paris a récemment estimé que PMU avait abusé de sa position dominante sur le marché des hippiques en ligne entre 2010 et 2015. L'opérateur historique devra en conséquence indemniser Betclic, qui était à l'origine de la procédure. D'autres acteurs du secteur pourraient s'en inspirer.

[...] Lire la suite…




(crédit photo : Le Figaro)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 5 commentaires sur le forum
Les news à la Une
jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.

mardi 23 avril 2019 à 9:47
HOT !
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL en remet une couche

En novembre 2017, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) soulignait que les règles du code de la consommation s'opposaient à une pratique répandue chez les bookmakers : le refus ou la limitation des paris des plus gros gagnants. Au regard des arguments présentés par certains opérateurs devant la justice, le régulateur estime aujourd'hui devoir rappeler son interprétation de la loi.