mardi 13 novembre 2018 à 10:31

Dans son dernier rapport trimestriel, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) souligne que chaque secteur de jeu en ligne est en situation de croissance. Pour autant, l'explosion des paris sportifs est sans commune mesure avec la situation des deux autres activités. Lors du trimestre écoulé, de nouveaux records sont tombés et la Coupe du Monde de football est loin d'être la seule responsable.

Tbleau noir prof

Avec un total de 995 millions d'euros de mises générées au troisième trimestre, les opérateurs de paris sportifs flirtent avec le record de 1 002 millions d'euros du trimestre précédent. Ce chiffre est d'autant plus impressionnant qu'il représente un bond de 81 % sur un an : c'est tout simplement le taux de croissance le plus élevé constaté depuis l'ouverture du marché en 2010.

 

Même en retranchant les 164 millions d'euros engagés à l'occasion de la phase finale de la Coupe du Monde de football, la croissance du secteur atteindrait tout de même 51 %, soit un rythme plus rapide que lors du premier semestre. Il faut dire, comme le souligne l'ARJEL, que certains clients recrutés lors du Mondial "ont manifestement continué à jouer après la finale de la compétition". En témoigne cette moyenne hebdomadaire de 553 000 joueurs actifs (+84 %), avec un pic à 922 000 unités dans la dernière ligne droite du Mondial.

 

Sur le papier, la Coupe du Monde a donc affolé les compteurs à tout point de vue. Sa finale, en particulier, a explosé le précédent record de l'événement le plus misé en France : 38,5 millions d'euros, contre 12,7 millions "seulement" pour la finale de l'Euro en 2016. Mais ces chiffres impressionnants dissimulent un paradoxe : le Produit Brut des Jeux (PBJ) des opérateurs, de l'ordre de 149 millions d'euros sur la période (+40 %), a été impacté à la baisse par les résultats de la compétition et notamment des Bleus (-26 millions d'euros).

 

"Si l'équipe de France n'avait pas remporté la finale à l'issue du temps réglementaire", écrit l'ARJEL, "le PBJ du trimestre aurait pu être jusqu'à 70 millions d'euros supérieur à celui enregistré". Et il ne s'agit pas du seul impact négatif de la liesse nationale sur la situation des opérateurs : "En plus de la justesse des pronostics des parieurs, le relèvement du niveau moyen des cotes ainsi que l'augmentation sensible des bonus ont impacté le Taux de Retour aux Joueurs (TRJ) dans de fortes proportions". Ce TRJ augmente de 4,5 points à hauteur de 86,9 %. Or la réglementation fixe en la matière un cap de 85 % à ne pas dépasser, ce qui amène l'ARJEL à évoquer une probable saisie de la commission des sanctions début 2019.

 

Dernier point intéressant : les prélèvements obligatoires versés par les opérateurs s'élèvent sur le trimestre à 92,5 millions d'euros, soit une hausse de 81 % dans la droite ligne de celle des mises. C'est en effet l'une des incongruités du secteur : les prélèvements sont assis sur le montant des sommes engagées par les parieurs, et non sur le PBJ. Sur la période, l'asymétrie entre la progression des mises et du PBJ renforce alourdit donc le poids de la fiscalité. "Alors que les prélèvements comptaient pour 48 % du PBJ l'an dernier", commente l'ARJEL, "ils en représentent aujourd'hui 65 %".

Les news à la Une
mercredi 10 juin 2020 à 9:57
Bilan trimestriel de l'ARJEL (T1 2020) : les paris sportifs freinés par le confinement

Peut-être avez-vous remarqué que des événements majeurs se sont produits en France et dans le monde ces derniers mois ? Eh bien figurez-vous que leur impact sur l'industrie des paris sportifs n'a pas été anodin. L'ARJEL vou explique tout dans son bilan d'activité du premier trimestre, lequel n'a pour rappel compté que deux semaines de confinement.

jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.