mardi 18 décembre 2018 à 14:59

La cour d'appel de Paris a récemment estimé que PMU avait abusé de sa position dominante sur le marché des hippiques en ligne entre 2010 et 2015. L'opérateur historique devra en conséquence indemniser Betclic, qui était à l'origine de la procédure. D'autres acteurs du secteur pourraient s'en inspirer.

Point de vente PMU
(crédit photo : Le Figaro)

C'est l'épilogue d'un long feuilleton dont le dernier rebondissement remontait à décembre 2015. À l'époque, Betclic Everest Group obtenait auprès de l'Autorité de la concurrence une injonction à l'encontre de PMU : le leader du marché des paris hippiques était contraint d'opérer une distinction entre ses liquidités live et online.

 

Jusqu'alors, la confusion entretenue entre les deux réseaux lui offrait plusieurs avantages : mettre à profit sa liquidité live dix fois supérieure pour accepter de grosses mises en ligne sans engendrer de chute de cotes, diversifier son offre avec des paris complexes comme le Quinté+... Faute de pouvoir s'aligner, ses concurrents subissait en quelque sorte une prolongation en ligne du monopole en dur.

 

Après avoir obtenu gain de cause devant l'Autorité de la concurrence, les dirigeants de Betclic auraient pu en rester là et espérer un léger rééquilibrage du marché. Ils ont finalement préféré aller au bout de leur démarche en engageant une procédure en réparation devant la justice civile. Autrement dit, en demandant 172,2 millions d'euros au titre de l'indemnisation du préjudice subi. Et la cour d'appel de Paris leur a donné raison dans une décision datée du 12 septembre 2018, et merveilleusement analysée et commentée par deux avocats pour le site L'Explicite.

 

Dans ce jugement, la cour d'appel choisit de s'en remettre à une mesure d'expertise ultérieure pour évaluer le montant exact du préjudice subi par Betclic. Elle en établit toutefois le périmètre en y incluant le manque à gagner passé et futur, "c'est-à-dire la différence entre les profits réellement générés par l'entreprise et les profits qu'elle aurait générés en l'absence d'abus de position dominante", mais aussi d'autres chefs de préjudices comme un préjudice de réputation. En 2015, Betclic ne détenait pour rappel qu'une part de marché anecdotique de 1,46 %.

 

À la lumière de cette décision, d'autres acteurs comme Zeturf, Unibet, France Pari ou JOA Online s'engouffreront-ils à leur tour dans la brèche en demandant réparation devant la justice ? Une chose est sûre : en 2010, le législateur n'avait pas correctement anticipé cette problématique des "pratiques anticoncurrentielles liées à la coexistence d'activités sous monopole et concurrentielles au sein d'opérateurs historiques". Une situation qui a directement profité à PMU jusqu'en 2015, et sans doute indirectement ensuite.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Paris hippiques : PMU devra indemniser Betclic pour abus de position dominante
Cette news a suscité 5 commentaires :
News

Conséquence d'une procédure initiée par Betclic Everest Group, l'Autorité de la concurrence a enjoint PMU d'opérer une distinction entre ses liquidités live et online. Une exigence à laquelle l'opérateur se conforme à partir d'aujourd'hui, et qui devrait se traduire par une différenciation des cotes proposées dans un certain nombre de paris hippiques.

[...] Lire la suite…




(crédit photo : Le Figaro)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La France interdisant l'ouverture d'agence de Paris autres que la FDJ pour le sport, et le PMU pour le turf .. Il est "logique" que ces 2 entités soit au moins du même niveau que les sites en ligne ... d'autant plus que ZeTurf (online uniquement) a toujours proposer de meilleures côtes turf que PMU .. 

Pourquoi ne pas laisser Betclic, Bwin, Netbet, Winamax, ouvrir des agences de paris en France ? Ah oui le Lobby fdj ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La France interdisant l'ouverture d'agence de Paris autres que la FDJ pour le sport, et le PMU pour le turf .. Il est "logique" que ces 2 entités soit au moins du même niveau que les sites en ligne ... d'autant plus que ZeTurf (online uniquement) a toujours proposer de meilleures côtes turf que PMU .. 

Pourquoi ne pas laisser Betclic, Bwin, Netbet, Winamax, ouvrir des agences de paris en France ? Ah oui le Lobby fdj ... 

Le lobby est certes très puissant , mais tu imagines la tête des commerçants qui ont payés des fonds de commerces affillié pmu et fdj si ceux ci voyaient une boutique betclic ou winamax débarquer juste à coté et la valeur de leur fond de commerce tomber à pic par la même occasion .

Et puis l'état aurait tout à y perdre , en restant ainsi , aucun changement à fournir dans les taxes , la gestion , les contrôles , etc , etc .

Les casinotiers aimeraient peut être en proposer dans leurs salles pour attirer du monde vers les machines à sous , mais ils n'auraient  pas envie de voir s'ouvrir des casinos fdj .

 

Mais je te l'accorde , la fdj c'est des .......et ils ont l'état comme actionnaire il me semble , donc c'est pas prêt de changer .

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La différence entre le quinté+ et le e-quinté d'aujourd'hui doit faire un peu mal au cul de Marcel qui joue au PMU de Gannat depuis 30 ans en buvant un petit rosé...heureusement il l'a pas touché:

 

Quinté+ ordre: 46 938.80€

E-Quinté ordre: 70.980,60 €

On parle bien de la même course hein...!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

La cour d'appel de Paris a récemment estimé que PMU avait abusé de sa position dominante sur le marché des hippiques en ligne entre 2010 et 2015. L'opérateur historique devra en conséquence indemniser Betclic, qui était à l'origine de la procédure. D'autres acteurs du secteur pourraient s'en inspirer.

[...] Lire la suite…




(crédit photo : Le Figaro)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 5 commentaires sur le forum
Les news à la Une
mardi 23 avril 2019 à 9:47
HOT !
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL en remet une couche

En novembre 2017, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) soulignait que les règles du code de la consommation s'opposaient à une pratique répandue chez les bookmakers : le refus ou la limitation des paris des plus gros gagnants. Au regard des arguments présentés par certains opérateurs devant la justice, le régulateur estime aujourd'hui devoir rappeler son interprétation de la loi.

mercredi 20 mars 2019 à 14:43
Télex

Dans une décision datée du 14 mars, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) étend la liste des résultats susceptibles de faire l'objet de paris en NFL. Le nombre de points inscrits et l'équipe marquant le prochain point sont entre autres concernés. En revanche, le régulateur suit l'avis défavorable de la FFF s'agissant de la première division féminine de football.

vendredi 15 février 2019 à 14:50
Marché des paris sportifs : les chiffres clés du dernier rapport de l'ARJEL

Le dernier rapport de l'ARJEL est particulièrement éloquent au sujet de la bonne santé du marché des paris sportifs en ligne. Le secteur enregistre des mises en progression de 51 % au quatrième trimestre et de 56 % sur l'ensemble de l'année. La Coupe du Monde de football a naturellement joué un rôle, mais elle ne suffit pas à expliquer cette excellente dynamique.

jeudi 29 novembre 2018 à 10:35
Télex

C'est sans conteste le topic resté le plus actif sur le forum ces derniers mois. Championnats masculin et féminin, rencontres internationales : régulièrement, VEGAS777 partage avec vous ses tuyaux, intuitions et bonnes cotes sur la planète handball. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ses résultats parlent pour lui !

jeudi 29 novembre 2018 à 10:29
États-Unis : la NBA accompagne le mouvement des paris sportifs

Après un premier partenariat avec MGM Resorts cet été, la NBA en annonce un nouveau avec Genius Sports et Sportradar. Ces deux sociétés spécialisées dans les statistiques sportives distribueront désormais les données officielles de la ligue aux bookmakers sur le territoire américain. Un vrai pas en avant pour y accompagner le développement des paris live.

mardi 13 novembre 2018 à 10:47
Télex

À travers cette association, la Française des Jeux entend faire gagner à ses parieurs "des packages avec des places pour des matchs aux États-Unis ou à Londres". Parions Sport, qui projette de renforcer son exposition via des spots de pub sur beIN Sports (le diffuseur de la NBA en France), aura également la possibilité d'utiliser le logo des équipes voire les photos des basketteurs pour mettre en valeur son offre de paris.

mardi 13 novembre 2018 à 10:31
Paris sportifs en ligne : les enseignements du dernier rapport de l'ARJEL

Dans son dernier rapport trimestriel, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) souligne que chaque secteur de jeu en ligne est en situation de croissance. Pour autant, l'explosion des paris sportifs est sans commune mesure avec la situation des deux autres activités. Lors du trimestre écoulé, de nouveaux records sont tombés et la Coupe du Monde de football est loin d'être la seule responsable.