jeudi 10 novembre 2016 à 10:55

Si les cas de sportifs se laissant aller à parier sur des rencontres de leur championnat sont monnaie courante, rares sont les exemples d'entraîneurs misant contre leurs propres équipes. Coupable d'avoir placé une quarantaine de paris contre ses Paulton Rovers puis son Frome Town FC, des clubs de Premier Division britannique, Nick Bunyard vient d'écoper de trois ans de suspension.

Nick Bunyard

Après Joey Barton le mois dernier, c'est cette fois le dénommé Nick Bunyard qui se retrouve dans l'œil du cyclone outre-Manche. La fédération anglaise vient en effet de lui infliger une suspension de trois ans assortie d'une amende de 3 000 livres. Une sanction largement commentée par les médias britanniques (BBC, The Guardian...) et même français (L'Équipe).

 

Les faits incriminés remontent à la période courant de septembre 2014 à avril 2016. Durant ces deux années, Bunyard tient successivement les rênes de deux clubs de la banlieue de Bristol : les Paulton Rovers et le Frome Town FC. Les deux équipes évoluent en Premier Division, ce qui correspond au 7e niveau de la hiérarchie anglaise.

 

En France, placer des paris sur les rencontres des divisions inférieures n'est pas permis, précisément pour éviter des risques de corruption et de trucage des compétitions. Rien de tel en Grande Bretagne, où une commission indépendante est parvenue à établir que le coach avait procédé à un total de 97 paris, dont 45 contre ses propres équipes.

 

Suspendu par son club dès avril et l'annonce d'une enquête le visant, le principal intéressé a reconnu les faits mais s'est empressé d'en minimiser la portée. Avec à la clé l'une des déclarations les plus WTF de l'année :

J'ai reconnu qu'il m'était arrivé de miser contre nous. Je l'ai fait en m'appuyant sur les informations dont je disposais en tant que coach. Mais ça ne signifie pas pour autant que je souhaitais la défaite de mon équipe. [...] J'ai pleinement collaboré avec la Fédération dès le début de l'affaire, et je leur ai dit que 99 % des footballeurs pariaient sur leurs matchs, qui plus est avec des mises beaucoup plus importantes. J'aurais pu essayer de cacher ces choses, mais j'aurais été malhonnête de le faire.

Les news à la Une
mercredi 10 juin 2020 à 9:57
Bilan trimestriel de l'ARJEL (T1 2020) : les paris sportifs freinés par le confinement

Peut-être avez-vous remarqué que des événements majeurs se sont produits en France et dans le monde ces derniers mois ? Eh bien figurez-vous que leur impact sur l'industrie des paris sportifs n'a pas été anodin. L'ARJEL vou explique tout dans son bilan d'activité du premier trimestre, lequel n'a pour rappel compté que deux semaines de confinement.

jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.