mardi 4 septembre 2018 à 10:10

Vainqueurs du dernier Super Bowl, les Philadelphia Eagles accueillent les Atlanta Falcons dans la nuit de jeudi à vendredi. Les tenants du titre et leurs dauphins, les New England Patriots, font logiquement figure de favoris de cette nouvelle saison de NFL aux yeux des bookmakers. Quelques outsiders semblent toutefois particulièrement bien armés cette année.

Jimmy Garoppolo
Jimmy Garoppolo, l'un des hommes à suivre cette saison

Comme souvent, les équipes ayant pris part au dernier Super Bowl héritent des cotes les plus basses dans la course à une nouvelle finale. Sur Winamax comme ailleurs, les favoris sont donc les Patriots suivis des Eagles puis des Steelers et des Rams. Quatrième de cette hiérarchie très provisoire, la franchise de Los Angeles obtient ainsi une cote de 11 qui mérite sans doute réflexion.

 

Premier élément à prendre en ligne de compte : l'état de forme de ses adversaires. Plus encore que l'an dernier, les Rams ne devraient avoir aucune peine à se hisser au sommet de la division NFC Ouest. Les Cardinals ne semblent pas constituer des prétendants sérieux aux playoffs. Les Seahawks ont perdu de nombreux titulaires (Richard Sherman, Michael Bennet, Cliff Avril, Sheldon Richardson, Kam Chancellor, Jimmy Graham, Paul Richardson...) et n'ont pas profité de l'intersaison pour corriger les lacunes de leur ligne offensive. Quant aux 49ers, leur phase de reconstruction n'est pas tout à fait terminée et la série d'invincibilité de Jimmy Garoppolo pourrait être mise à mal d'entrée de jeu sur le terrain des Vikings. La récente blessure de Jerick McKinnon assombrit par ailleurs les perspectives à court terme, Breida et Morris offrant sur le papier moins de versatilité au dispositif de Kyle Shanahan.

 

La cote de 1,56 attribuée aux Rams pour dominer la division NFC Ouest reflète bien cet état des forces en présence. Et même en élargissant le spectre à l'ensemble de la Conférence Ouest, seuls les Eagles leur contestent le statut de favoris avec une cote de 5,50 contre 6,25. Oui mais voilà, de là à rentabiliser une cote de 11 pour une victoire finale, il y a un monde. Surtout pour une équipe qui a rendu les armes dès le premier tour des playoffs l'an dernier face aux Falcons.

 

Alors pourquoi les Rams méritent-ils un peu d'attention ? D'abord en raison d'un recrutement de haute volée. Les dirigeants californiens ont décidé de miser gros sur cette saison à venir, quitte à hypothéquer leurs chances pour les suivantes avec des tours de draft dilapidés et une masse salariale flirtant dangereusement avec le cap. Brandin Cooks, Marcus Peters, Aqib Talib, Ndamukong Suh : voici quelques-uns des gros noms qui ont accepté de rejoindre la franchise ces derniers mois.

 

Forte de ces dernières recrues, la ligne défensive construite par Sean McVay et son équipe est peut-être la plus impressionnante de tous les effectifs. Si la mayonnaise prend, ce qui ne paraît pas insensé au regard des bases solides posées l'an dernier et des garanties offertes par le staff en place, bien des adversaires devraient se casser les dents sur ce mur digne de quelques beaux champions des dernières saisons. Ajoutez-y un Todd Gurley élu joueur offensif de l'année écoulée, ou encore des équipes spéciales qui ont fait la preuve de leur efficacité, et vous obtenez les ingrédients d'un cocktail prometteur. Ce ne sont du reste pas nos collègues de TouchdownActu qui diront le contraire...

Les favoris de Winamax pour le Super Bowl

Favoris NFL Winamax

L'agenda de la première journée

NFL 2018 Week 1
Les news à la Une
jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.

mardi 23 avril 2019 à 9:47
HOT !
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL en remet une couche

En novembre 2017, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) soulignait que les règles du code de la consommation s'opposaient à une pratique répandue chez les bookmakers : le refus ou la limitation des paris des plus gros gagnants. Au regard des arguments présentés par certains opérateurs devant la justice, le régulateur estime aujourd'hui devoir rappeler son interprétation de la loi.