mercredi 7 juin 2023 à 14:07

Comme lors des années précédentes, le médiateur souligne que près de la moitié des demandes qui lui sont adressées sont irrecevables pour une raison simple : les joueurs ne se sont pas adressés préalablement à l'opérateur concerné par écrit. Tour d'horizon de quelques chiffres qui vous seront peut-être utiles à l'avenir.

Médiateur

Pour rappel, la médiation des jeux a pour objectif de "favoriser le règlement amiable des litiges qui peuvent survenir entre les joueurs et les opérateurs de jeux ou paris". Le recours au médiateur est ouvert à tous. Il peut être réalisé sur le site internet www.mediateurdesjeux.fr, par voie postale ou encore par courriel à l'adresse mediation@anj.fr. Dans les faits, le premier mode de saisine représente néanmoins plus de 95 % des demandes reçues.

 

Première précision importante et elle n'est pas nouvelle : "Avant de saisir le médiateur , les personnes doivent au préalable s'adresser par écrit à l'opérateur ; en fonction de la réponse obtenue ou en l'absence de réponse de l'opérateur dans un délai de 20 jours, elles peuvent ensuite saisir le médiateur". En 2022, 629 demandes adressées au médiateur ont été déclarées irrecevables (contre 744 recevables), ce qui représente un taux d'irrecevabilité relativement constant de 46 %. Et malheureusement, l'absence de réclamation écrite préalable auprès des opérateurs constitue de très loin (90 %) le principal motif d'irrecevabilité.

 

Denys Millet, le médiateur, regrette également le manque de développement des demandes. La plupart sont "exposées très brièvement" et "fréquemment lacunaires et mal renseignées sur des données essentielles telles que les dates et heures de l'évènement, ou l'objet du pari". Dans un autre registre, il pointe du doigt la mauvaise compréhension de son rôle par de nombreux joueurs :

Extrait de rapport d'activité du médiateur

Leur déception traduit une méconnaissance du rôle du médiateur qu'ils assimilent à un juge ayant la capacité de trancher un litige par une décision s'imposant aux parties voire y voient un « justicier » devant mettre fin à des « abus » des opérateurs. Il est ainsi difficile de faire comprendre aux joueurs que des allégations écrites doivent être assorties de justificatifs ou que le médiateur ne disposant pas de moyens d'investigation doit analyser les litiges, en fait et en droit, au vu des pièces produites par les deux parties soit spontanément soit à sa demande. Mais surtout, le médiateur doit, en réponse aux manifestations de mécontentement de certains joueurs, leur rappeler qu'il doit rechercher, au vu de son analyse du litige, une solution fondée en droit et en équité qui soit acceptable par les deux parties.

Pour le reste, on retiendra que les paris sportifs représentent 90 % des demandes et que l'ensemble des opérateurs sont concernés dans des proportions correspondant à peu près à leurs parts de marché respectives. Quant à l'issue des demandes ayant franchi l'obstacle de la recevabilité, elle peut diverger sensiblement d'un dossier à l'autre :

  • 68 % des propositions du médiateur sont acceptées par les deux partie ;
  • parmi les 32 % restantes, 72 % découlent d'un refus de l'opérateur et 28 % d'un refus du joueur.

 

Bien entendu, l'un des dossiers brûlants concerne le phénomène de limitation des mises par les opérateurs. Le médiateur précise que PMU (33 %), Winamax (19 %) et FDJ (19 %) concentrent 71 % des demandes relatives à ce sujet. "Ces litiges", poursuit le rapport, "font ressortir que ces opérateurs s'affranchissent des règles rappelées par l'ANJ dans sa délibération n° 2021-C-01 du 21 octobre 2021 essentiellement, en limitant les mises de joueurs dont ils considèrent que les pratiques de jeu représentent un risque financier pour l'opérateur. Le plus souvent, il s'agira de prises de paris sur des cotes anormalement basses ou de paris comportant des erreurs de cote".

 

À l'avenir, le médiateur recommande donc davantage de transparence de la part des opérateurs : "Outre l'établissement par chaque opérateur d'un référentiel définissant, par type de pari, nature ou localisation des compétitions, les paris susceptibles de faire l'objet d'une limitation de mise destinée à limiter l'exposition financière de l'opérateur, chaque joueur devrait, par une mention sur toute proposition de pari, être informé d'une éventuelle limitation de mise et de son montant avec une référence aux dispositions du GGU l'autorisant".

 

Autre dossier sensible : celui des demandes de retrait de fonds du compte joueur. "La fréquence de ces litiges pour quelques opérateurs amène à de sérieuses interrogations et pourrait appeler à l'ouverture d'enquêtes par l'ANJ", souligne le médiateur en tapant sur les doigts de Zeturf et GM Gaming. Le premier concentre près de la moitié des demandes sur ce sujet, avec parfois des "réponses tardives et évasives sur les motifs de l'absence de validation de ces retraits" et surtout "des propositions du médiateur sauf exception non suivies". Quant au second, plutôt discret par ailleurs en terme de part de marché, il génère près de 9 % de cette catégorie de litiges.

Les news à la Une
vendredi 12 avril 2024 à 8:20
Télex

C'est une victoire à la Pyrrhus. Dans une décision datée du 9 avril, l'Autorité Nationale des Jeux approuve le volet "Bonus et gratifications financières" de la stratégie promotionnelle de Winamax pour 2024. Conformément à ses objectifs affichés en janvier, l'ANJ obtient néanmoins de l'opérateur une "réduction significative du budget alloué aux gratifications financières". Un coup dur pour les chasseurs de bonus et de freebets, d'autant que le programme VIP et ses miles restent eux aussi scrutés par le régulateur.

jeudi 11 avril 2024 à 9:07
Télex

Ne faites pas ça chez vous ! Entre juillet 2022 et 2023, un quadragénaire des Hauts-de-France s'est créé 974 comptes PMU en ayant recours à de faux documents d'identité. La manœuvre lui a permis de multiplier les bonus à l'inscription, avec à la clé un préjudice estimé à 270 000 € pour PMU. Une histoire à lire sur le site de RMC notamment.

lundi 8 avril 2024 à 13:14
Télex

Avec le Koh Lanta de Winamax, il n'est pas nécessaire de se nourrir de manioc ou de pêcher au harpon : seule votre capacité à enchaîner les paris gagnants fera la différence. Oubliez par ailleurs les difficultés liées aux types de paris éligibles : il n'y a plus que les cotes qui comptent pour collectionner les badges des deux premières phases et décrocher un max de freebets.

mercredi 13 mars 2024 à 13:30
Télex

Dans un questionnaire soumis à ses parieurs par email, Parions Sport leur propose d'"aider à choisir les prochains ambassadeurs" de la marque. L'enquête mentionne des noms qui figurent déjà parmi les partenaires du bookmaker, comme Smail Bouabdellah et Mary Patrux, mais aussi d'autres personnalités issues des mondes du sport ou de la télévision : Grégoire Margotton, Redouane Bougheraba, Omar Da Fonseca, Tony Parker et Ciryl Gane.

mardi 16 janvier 2024 à 9:42
Liste des supports de paris autorisés : la petite révolution de l'ANJ

Vous en avez l'habitude : plusieurs fois par an, l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) procède à quelques ajouts à la marge sur sa liste des supports de paris autorisés. En comparaison de ces petits amendements rituels, c'est à un grand chambardement que vous devez vous attendre le 1er mars prochain : le régulateur annonce une réforme en profondeur de cette liste.

mercredi 10 janvier 2024 à 9:56
Stratégies promotionnelles des opérateurs : l'ANJ serre la vis sur le sujet des gratifications financières

Après examen des stratégies promotionnelles des opérateurs de jeux d'argent et de hasard pour l'année 2024, l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) a assorti ses décisions d'approbation de "conditions exigeantes" en demandant notamment que "les gratifications financières destinées à recruter ou fidéliser les joueurs demeurent modérées". Le régulateur a même demandé à Winamax de revoir sa copie sur ce point.

jeudi 30 novembre 2023 à 9:21
Télex

Par une décision publiée ce 29 novembre, l'Autorité Nationale des Jeux ajoute deux compétitions à sa liste des supports de paris autorisés : le NBA In Season Tournament sur demande de la Française des Jeux, et le championnat de football de première division masculine d'Arabie Saoudite sur demande de Betclic. Si les paris sur les penaltys de CR7 vous manquaient, les affaires reprennent !

vendredi 29 septembre 2023 à 14:17
Rapport semestriel de l'ANJ : les paris sportifs toujours au beau fixe

Au premier semestre 2023, les opérateurs de paris sportifs agréés par l'ANJ ont enregistré des mises en hausse de 5 % et un PBJ en progression de 10 %. Un différentiel qui s'explique par "un Taux de Retour Joueur davantage favorable aux opérateurs que lors du semestre de l'année précédente". Sur la période, le TRJ a en effet plafonné à 80 %.

jeudi 7 septembre 2023 à 8:51
Télex

Loin du foot, du tennis et du basket avec ses 176 millions d'euros de mises engagées en 2022, le rugby devrait connaître un exercice 2023 plus faste à la faveur de la Coupe du Monde. Selon une enquête Toluna-Harris commandée par l'ANJ, 47 % des Français ont l'intention de suivre la compétition et 13 % envisagent de parier de l'argent lors des matchs.

jeudi 27 avril 2023 à 13:24
L'ANJ sanctionne mollement les défauts de respect du TRJ

Sur le papier, le Taux de Retour Joueur (TRJ) fait partie des principaux outils établis par le législateur pour prévenir le jeu excessif ou pathologique, mais aussi lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Dans les faits, plusieurs opérateurs peinent pourtant à redistribuer aux joueurs moins de 85 % des mises qu'ils ont engagées auprès d'eux. Une situation face à laquelle l'ANJ hésite encore à sévir.

jeudi 27 avril 2023 à 9:07
Télex

La Fédération Française de Tennis (FFT) a obtenu gain de cause auprès de l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) : dans une décision datée du 20 avril, le régulateur ajoute à sa liste des supports de paris autorisés les tableaux des doubles dames et doubles messieurs des tournois de tennis du Grand Chelem. Joli timing à quelques semaines à peine de Roland Garros !