mardi 2 août 2016 à 14:11

Un bookmaker peut-il librement limiter les mises de ses plus gros gagnants ? La pratique est courante et les parieurs l'ont accepté bon an mal an. Mais quand la limitation intervient en plein milieu d'une grosse promotion, et entraîne par voie de conséquence un manque à gagner significatif, la question de l'équité du challenge concerné se pose.

Astérix et la maison qui rend fou

Ce n'est pas une légende urbaine : les parieurs les plus clairvoyants finissent bien souvent par se voir imposer une limitation de leurs mises. On peut gloser, ergoter, bouder souvent, fulminer parfois... Rien n'y fera : tous les opérateurs du marché français ont recours à ce procédé. Certains plus que d'autres, sans doute, mais la pratique est en tout cas universellement appliquée et acceptée par les parieurs expérimentés.

 

Alors si le litige qui oppose Pierre à Unibet fait tant parler sur Club Poker depuis plus d'un mois, c'est qu'il ne s'agit pas tout à fait d'une banale affaire de limitation de mise. C'est oryn64, membre bien connu du CP et plus globalement de la communauté poker, qui a le premier jeté un pavé dans la mare en relayant les mésaventures de son ami :

Extraits du message publié sur Club Poker

Au début de l'euro, Unibet a lancé une promotion avec 100 000 € à se partager : le Boss du Terrain. Le concept était simple : on marquait un point par euro misé dans le cas d'un pari perdant, et un point par euro collecté (mise + gains) dans le cas d'un pari gagnant. Le tout avec doublement des points pour tous les paris dont l'intitulé comprenait la mention Combo.

Pierre a donc tenté l'aventure en misant en moyenne entre 1 000 et 3 000 € par match. Les points se sont vite accumulés. Pierre était à peu près à jeu lorsqu'il a rentré un beau combo, ainsi que quelques paris simples, pour prendre la seconde place du classement. Le premier bénéficiant d'une belle avance, il a alors décidé de viser cette seconde place et a donc continué à miser en fonction. C'est à cette période qu'est intervenue la limitation des mises, Pierre n'ayant désormais plus la possibilité d'engager plus de 20 euros par match.

La suite, c'est une série d'échanges infructueux entre le joueur et l'opérateur. Unibet invoque d'abord une limitation non pas personnelle mais globale : "Sachez qu'avant chaque match, nos traders décident du montant maximum du total des mises sur une sélection. Lorsque ce montant est atteint, nous limitons en effet les mises de l'ensemble de nos joueurs pour pouvoir avoir assez de liquidités pour payer les joueurs".

 

Facilement placé face à ses contradictions (un ami de Pierre parvenant à miser de plus grosses sommes sur les mêmes événements), le bookmaker est très vite contraint de proposer une nouvelle explication : la possibilité qui lui est offerte par ses Termes et Conditions d'appliquer des limites de jeu plus strictes que celles fixées par le parieur "pour des raisons de jeu responsable".

 

Cet argument peut s'entendre puisque, comme expliqué auparavant, la pratique est courante et le régulateur n'y a jamais rien trouvé à redire. Seul problème dans le cas présent : le timing de la limitation de mise, qui intervient en pleine promotion et se traduit donc par un manque à gagner significatif pour Pierre. Solidement ancré à la seconde place du challenge au moment des faits, le jeune homme rétrograde par la suite et voit s'envoler le chèque de 5 000 euros qui lui tendait les bras.

Tintin et le serpent qui se mord la queue

À ce stade, on peut bien sûr s'interroger à propos de l'opportunité d'organiser un challenge reposant sur le volume des paris, mais dont les meilleurs participants se voient au bout de quelques jours privés de toute chance de victoire par un plafonnement de leurs mises. Les lecteurs du topic dédié, en tout cas, ne se sont pas privés de se poser à voix haute la question de l'équité dudit challenge.

 

Pour autant, leur mobilisation s'est jusqu'alors avérée vaine. Le service client d'Unibet a certes pris la plume trois jours seulement après la publication du message d' oryn64, promettant qu'une réponse serait "apportée prochainement". Oui mais voilà, plus d'un mois plus tard le dossier n'a pas avancé d'un iota et l'hypothèse d'une compensation financière du principal intéressé semble au point mort. Pire, les tentatives de dialogue initiées par le joueur sont bringuebalées d'un interlocuteur à l'autre : le support Unibet sur Club Poker renvoie la balle au gestionnaire de la page Facebook de l'opérateur, qui lui même conseille de s'adresser au service client téléphonique... déjà contacté à maintes reprises avant l'ouverture du thread sur Club Poker. Ou quand le serpent se mord (sciemment ?) la queue...

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Limitation de mises et équité des challenges : Unibet critiqué
Cette news a suscité 5 commentaires :
News

On continue notre tour d'horizon des opérations promotionnelles organisées par les bookmakers à l'occasion de l'Euro. Cette fois, c'est Unibet qui s'y colle en mettant en jeu d'ici au 10 juillet un total de 50 000 € cash et 50 000 € de paris gratuits. Les paris sur les autres matchs de football, dont ceux de la Copa America, sont également concernés.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

Un bookmaker peut-il librement limiter les mises de ses plus gros gagnants ? La pratique est courante et les parieurs l'ont accepté bon an mal an. Mais quand la limitation intervient en plein milieu d'une grosse promotion, et entraîne par voie de conséquence un manque à gagner significatif, la question de l'équité du challenge concerné se pose.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 5 commentaires sur le forum
Les news à la Une
jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.

mardi 23 avril 2019 à 9:47
HOT !
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL en remet une couche

En novembre 2017, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) soulignait que les règles du code de la consommation s'opposaient à une pratique répandue chez les bookmakers : le refus ou la limitation des paris des plus gros gagnants. Au regard des arguments présentés par certains opérateurs devant la justice, le régulateur estime aujourd'hui devoir rappeler son interprétation de la loi.