jeudi 24 février 2022 à 10:12

Six mois après avoir constaté qu'"une ligne jaune a été franchie en terme de pression publicitaire", l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) formule une série de recommandations et de lignes directrices à l'attention des opérateurs de jeux en ligne. Celles-ci portent aussi bien sur le contenu des publicités que sur leur fréquence de diffusion.

Devenir riche sur un coup de tête Winamax

L'été dernier, c'est le déluge publicitaire survenu à l'occasion de l'Euro qui a convaincu l'ANJ de la nécessité de siffler la fin de la récré. Le régulateur dispose en la matière de pouvoirs bien réels, comme par exemple la possibilité de demander le retrait d'une campagne publicitaire qui inciterait au jeu des mineurs ou comporterait une incitation excessive à la pratique du jeu. Il n'en a néanmoins jamais usé jusque-là, préférant la voie du dialogue à celle de la coercition.

 

C'est dans ce cadre que les équipes d'Isabelle Falque-Pierrotin ont réuni les opérateurs dès le 20 juillet 2021 avec l'ambition d'établir un plan d'action. À l'époque, le régulateur évoquait "des échanges constructifs" et une volonté commune de "procéder à un rééquilibrage des pratiques afin de préserver le modèle récréatif du marché français des jeux d'argent". Quelles mesures étaient susceptibles de se cacher derrière ces déclarations d'intention ? Après une longue phase de consultation publique, c'est ce que l'ANJ vient de révéler dans une note présentant une série de lignes directrices et de recommandations.

Les lignes directrices, d'abord, ont vocation à donner des éléments d'interprétation sur la base du décret du 4 novembre 2020 encadrant le contenu des communications commerciales. En résumé, puisque ce texte réglementaire n'entre pas suffisamment dans les détails pour éviter que les opérateurs n'en repoussent les limites, l'ANJ livre son interprétation sur sa philosophie. Un exemple parmi d'autres avec la règle interdisant des publicités qui suggèreraient que "jouer contribue à la réussite sociale" : selon l'ANJ, cela exclut de fait les représentations de la réussite financière, de la gloire, du pouvoir, du respect ou de l'admiration des tiers, mais aussi de signes extérieurs de richesse ou d'expériences hors du commun.

 

Un autre exemple intéressera tout particulièrement les joueurs de poker. Le décret établit en effet que les publicités ne doivent pas contenir "des déclarations infondées sur les chances qu'ont les joueurs de gagner ou les gains qu'ils peuvent espérer remporter". Cette fois, l'interprétation du régulateur aboutit à la prohibition des spots laissent entendre que "la compétence, l'expérience ou le savoir-faire du joueur lui permettraient d'éliminer ou de réduire fortement l'aléa dont dépend le gain et qui est inhérent au contrat de jeu ou de pari". Une stipulation qui correspond pourtant à la position adoptée par les fisc et les tribunaux administratifs pour imposer les joueurs de poker professionnels sur les fruits de leur activité.

Dans un autre registre, les recommandations de l'ANJ visent elles à promouvoir des bonnes pratiques auprès des opérateurs. Encore une fois, quelques exemples valent mieux qu'un long discours. Le régulateur recommande ainsi de "favoriser les pratiques responsables des influenceurs et des ambassadeurs", ce qui inclut de ne pas solliciter des influenceurs ayant "une forte popularité auprès des mineurs et plus précisément [...] une audience supérieure ou égale à 16 % dans la tranche d'âge des 13-17 ans, quel que soit le support médiatique concerné".

 

Autre exemple un peu plus concret : la limitation en télévision et radio à trois communications par écran publicitaire, tous opérateurs confondus. Autrement dit, lors de prochaine Coupe du Monde de football, vous ne devriez plus subir des séries de cinq ou six spots financés par des bookmakers lors d'une même page de pub. La publicité numérique ne sera d'ailleurs pas en reste sur ce point puisque l'exposition des joueurs devra être limitée à "trois communications commerciales par jour et par support" (par exemple sur un même site internet ou un même réseau social).

 

L'ANJ précise en conclusion que l'ensemble du dispositif devra être opérationnel au plus tard le 1er septembre 2022, soit en amont du Mondial au Qatar. D'ici là, "un comité de suivi rassemblant les parties prenantes sera mis en place pour évaluer la mise en œuvre des outils de régulation et proposer, le cas échéant, leur évolution".

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Jeux en ligne et publicité : les lignes directrices et recommandations de l'ANJ
Cette news a suscité 3 commentaires :
News

434 millions d'euros de mises en ligne, 22 millions d'euros de mises par match de l'équipe de France... Pas de doute : l'Euro de football fut bien un énorme carton pour les opérateurs de paris sportifs. Ces derniers ont toutefois droit aujourd'hui à un retour de bâton : l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) déclare vouloir "réduire drastiquement et immédiatement la pression publicitaire en faveur des paris sportifs".

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

Six mois après avoir constaté qu'"une ligne jaune a été franchie en terme de pression publicitaire", l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) formule une série de recommandations et de lignes directrices à l'attention des opérateurs de jeux en ligne. Celles-ci portent aussi bien sur le contenu des publicités que sur leur fréquence de diffusion.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
News

Il y a un mois, l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) formulait une série de recommandations et de lignes directrices à l'attention des opérateurs de jeux en ligne, lesquelles portaient aussi bien sur le contenu des publicités que sur leur fréquence de diffusion. Sur cette même base, le régulateur demande aujourd'hui à Winamax de procéder au retrait d'une de ses publicités emblématiques. Une première.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans une décision en date du 16 juin, l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) approuve la nouvelle proposition de stratégie promotionnelle soumise par Winamax. L'opérateur devra continuer de "veiller à limiter au maximum l'exposition des mineurs à ses communications commerciales". Le recours aux influenceurs et ambassadeurs, par exemple, ne sera possible que si ces derniers ne disposent pas "d'une audience supérieure ou égale à 16 % dans la tranche d'âge des 13-17 ans".

 

La décision de l'ANJ en intégralité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 3 commentaires sur le forum
Les news à la Une
jeudi 4 août 2022 à 13:02
Télex

Alors que le football reprend ses droits en Europe, Winamax dégaine sa promo habituelle de rentrée : en réalisant un dépôt avec le code SPORT2022, vous activerez le remboursement de vos prochains paris perdants dans la limite du montant du dépôt et jusqu'à 100 €. Peut-être une bonne occasion pour se laisser tenter par des cotes plus élevées que d'habitude...

lundi 4 juillet 2022 à 13:31
Télex

Dès décembre 2020, la société B.E.S. SAS (pour bwin Entertainment Services SAS) avait déposé une demande d'ajout de nom de domaine pour que son offre de paris sportifs soit accessible sur partypoker. Si l'ANJ a donné son aval dès février 2021, l'opérateur a pris son temps avant de déployer son offre. C'est désormais chose faite, même si les habitués de Bwin ne seront pas dépaysés par les cotes proposées.

vendredi 1 juillet 2022 à 9:43
Télex

Le Jeu de l'Entraîneur se met à la page de la Grande Boucle et pour l'occasion, Winamax sort de son chapeau un challenge spécial doté de 6 000 € de freebets. Top départ aujourd'hui de la première semaine dotée de 2 000 €, avec un contre-la-montre qui vous obligera à vous creuser les méninges pour rester dans le budget !

lundi 21 mars 2022 à 9:39
Tout pour la Daronne : l'ANJ demande à Winamax de retirer sa publicité des écrans

Il y a un mois, l'Autorité Nationale des Jeux (ANJ) formulait une série de recommandations et de lignes directrices à l'attention des opérateurs de jeux en ligne, lesquelles portaient aussi bien sur le contenu des publicités que sur leur fréquence de diffusion. Sur cette même base, le régulateur demande aujourd'hui à Winamax de procéder au retrait d'une de ses publicités emblématiques. Une première.

lundi 24 janvier 2022 à 9:16
Télex

Ce n'est pas une annonce qui vous fera tomber de votre chaise, mais par une décision datée du 20 janvier l'ANJ vient de compléter sa liste des supports de paris autorisés avec trois compétitions : d'une part l'United Rugby Championship en rugby à XV, d'autre part la BNXT League et la Leaders Cup Pro B en basket. Des ajouts réalisés suite à plusieurs demandes de La Française des Jeux.

mercredi 12 janvier 2022 à 10:05
Télex

Un combo WTF, ça vous branche ? Bon évidemment, tout le monde n'a pas les moyens de miser 30 000 $ sur un pari combiné de cinq matchs comme Marco Piemonte. Ce spécialiste de foot US a remporté 1,2 million de dollars ce lundi grâce à la victoire des Georgia Bulldogs sur Alabama. Et comme la vie est bien faite, on a même une vidéo sous le coude qui immortalise ce grand moment.

mardi 4 janvier 2022 à 16:07
Télex

Si vous cherchiez une raison supplémentaire de suivre la Coupe d'Afrique des Nations, Winamax vous l'offre avec un bonus de dépôt très spécial. Votre objectif : sélectionner une équipe dont vous estimez que l'attaque se montrera prolifique, puis récolter un freebet à chaque but marqué. La dimension stratégique est par ailleurs intéressante, les buts du Sénégal ne rapportant par exemple pas autant que ceux de la Mauritanie.

lundi 29 novembre 2021 à 8:47
Télex

Pas grand à se mettre sous la dent dans la dernière fournée de décisions de l'ANJ. Le régulateur procède tout de même à un ajout (anecdotique) à la liste des supports de paris autorisés : la première équipe à atteindre un score donné en football. Un type de sélection déjà proposé dans d'autres disciplines, comme par exemple le football américain.

lundi 25 octobre 2021 à 13:01
Télex

Fin 2017 déjà, l'Autorité Nationale des Jeux soulignait que les opérateurs de paris sportifs n'étaient pas dans leur droit en refusant d'enregistrer totalement ou partiellement les mises de certains parieurs, à moins de justifier d'un motif légitime tel que la prévention du jeu excessif, la lutte contre la fraude ou leur propre exposition financière. Le régulateur en remet une couche dans une délibération en date du 21 octobre. La différence ? Le Conseil d'État ayant tranché en sa faveur en avril, l'ANJ brandit désormais la menace de poursuites devant sa commission des sanctions.