vendredi 24 novembre 2017 à 13:28

Il n'est pas rare qu'un opérateur de paris sportifs limite le montant des mises de certains de ses clients, notamment lorsque ces derniers parviennent à dégager des gains substantiels. Dans une délibération en date du 23 novembre, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) rappelle que cette pratique est très strictement encadrée par la loi.

Interdit d'interdire

Un opérateur de paris sportifs peut-il refuser de contracter avec un parieur, ou limiter le montant de ses mises sur un pari ? C'est sur cette épineuse question que se penche l'ARJEL dans une délibération en date du 23 novembre. Épineuse, car les cas de figure ne se limitent naturellement pas aux mineurs ou aux interdits de jeu, mais concernent également les plus gros gagnants. Ainsi, il n'est pas rare de voir des parieurs aguerris s'émouvoir des limitations drastiques de leurs mises décidées unilatéralement par les bookmakers.

 

Face à cette situation, l'ARJEL rappelle deux règles issues du code de la consommation : l'une relative aux pratiques commerciales trompeuses, qui ne s'applique vraisemblablement qu'à une minorité de cas ; et l'autre relative au refus de fournir un service, qui elle mérite que l'on s'y attarde un instant en compagnie du régulateur.

Article L. 121-1 du code de la consommation

Est interdit le fait de refuser à un consommateur la vente d'un produit ou la prestation d'un service, sauf motif légitime

Pour comprendre les termes de cet article, il convient d'abord de noter que ce même code de la consommation définit la notion de consommateur comme "toute personne physique qui agit à des fins qui n'entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole". Autrement dit, l'interdiction du refus de vente s'applique dans le cas d'un simple consommateur mais pas dans celui d'un professionnel. L'ARJEL cite ainsi l'exemple du "parieur qui déclare sur un réseau social ou lors d'une interview, qu'il tire ses revenus, en tout ou partie, de son activité de pari".

 

Dans un tel cas de figure, la loi ne sanctionnerait pas un refus de vente. Néanmoins, il est important de souligner que les parieurs en ligne sont par défaut considérés comme de simples consommateurs, et que c'est donc à l'opérateur qu'il incombe d'apporter la preuve contraire. Une tâche relativement ardue puisque l'ARJEL rappelle que "la circonstance qu'une personne dispose de connaissances, mêmes approfondies" est indifférente et que "seule importe la finalité dans laquelle elle s'engage".

 

Naturellement, la règle prévaut aussi bien pour une interdiction de parier que pour une limitation des mises. Dans ce second cas de figure, le simple fait "d'empêcher une personne de placer une mise d'un montant identique à celle placée par une autre personne sur un même pari" serait constitutif d'un refus de vente partiel tombant tout autant sous le coup de la loi.

 

Enfin, et dès lors que l'opérateur est confronté à un simple consommateur et non un professionnel, seul un "motif légitime" peut l'autoriser à refuser ou limiter la prise de pari. Cette notion de motif légitime n'est pas définie précisément, ce qui laisse de la place à l'interprétation de la justice. L'ARJEL évoque cependant plusieurs cas de figure :

  • le soupçon de fraude ou de blanchiment d'argent de la part d'un parieur ;
  • l'exposition financière d'un opérateur, ce dernier étant en droit de refuser des mises "d'un montant tel qu'il se placerait en état de cessation des paiements si le pari venait à être gagnant". Ce refus devra alors concerner tous les parieurs.
  • mais aussi la collecte d'indices sérieux laissant penser que le parieur souffre d'addiction.

 

Dans tous ces cas de figure, l'ARJEL souligne toutefois que "l'opérateur doit pouvoir justifier [auprès d'elle] de la réalité du motif légitime dont [il] se prévaut à partir de faits tangibles, et non au regard d'indices dont la faiblesse trahirait l'absence de légitimité".

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL rappelle la loi
Cette news a suscité 3 commentaires :
News

Il n'est pas rare qu'un opérateur de paris sportifs limite le montant des mises de certains de ses clients, notamment lorsque ces derniers parviennent à dégager des gains substantiels. Dans une délibération en date du 23 novembre, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) rappelle que cette pratique est très strictement encadrée par la loi.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, thibaud952 a écrit :

Donc en gros les opérateurs sont bien en fraude dans une bonne partie des cas si je comprends bien?

Tu comprends bien.

 

Et il ne s'agit pas d'une recommandation comme ça arrive avec l'Arjel mais bien d'une obligation avec un devoir de se justifier dans le cas ou un client se plaindrait.

En plus c'est rappel, ce qui veut dire que certains cas pourraient être rétro-actifs, si à mon tour je comprends bien ?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 3 commentaires sur le forum
Les news à la Une
mardi 13 février 2018 à 14:20
Télex

À point nommé ! À l'occasion du retour de la Ligue des Champions, Winamax propose deux opérations promotionnelles sur son Jeu de l'Entraîneur. Les novices, d'abord, peuvent s'essayer au format avec une grille à 2 € remboursée. Quant aux habitués, ils ont droit à trois classements dotés respectivement de 2 000 € pour le contest à 2 €, et de 1 000 € pour les contests à 10 et 50 €.

jeudi 8 février 2018 à 14:30
Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang : les chances de médailles françaises

Faire mieux que les quinze médailles décrochées à Sotchi en 2014 : tel est l'objectif affiché par la délégation française présente à Pyeongchang à l'occasion de la 23e édition des Jeux olympiques d'hiver. Outre les têtes d'affiche que sont Martin Fourcade, Tessa Worley ou encore Alexis Pinturault, bien d'autres jeunes pousses sont armées pour briller en Corée du Sud.

mardi 16 janvier 2018 à 13:31
Télex

De retour le week-end dernier au grand bonheur de Tony Chapron, la Ligue 1 monte en puissance avec une 21e journée programmée en semaine. Appuyé par Echoes, Serval75 se penche sur les trois matchs prévus ce mardi et les sept autres de mercredi. Des analyses de nature à éclairer votre propre lanterne.

jeudi 11 janvier 2018 à 14:27
Télex

La trêve hivernale a été longue et ce ne sont pas les quelques matchs de Coupe de la semaine écoulée qui ont rassasié les pronostiqueurs en herbe. On reprend les bonnes habitudes avec quelques éléments de nature à alimenter vos réflexions. Strasbourg et Troyes, notamment, ont les faveurs de Serval75.

mardi 28 novembre 2017 à 10:33
Télex

Le Jeu de l'Entraîneur de Winamax s'offre un nouveau contest NBA gratuit et doté de 3 000 € dans la nuit du 6 au 7 décembre. Son accès sera toutefois subordonné à votre participation aux autres contests de la semaine. Ainsi, un ticket freeroll vous sera attribué toutes les trois équipes validées sur le contest à 50 €, toutes les dix équipes sur celui à 10 € et toutes les cinquante équipes sur le 2 €.

vendredi 24 novembre 2017 à 10:25
Télex

Active à l'international depuis plusieurs années, la société Vivaro Betting a obtenu un agrément auprès de l'ARJEL le 14 septembre dernier. Dans une nouvelle décision datée du 23 novembre, le régulateur autorise cet opérateur à déployer son offre de paris sportifs depuis le nom de domaine pasinobet.fr. Une marque historiquement associée au Groupe Partouche.

mardi 21 novembre 2017 à 14:01
Télex

Comme le BDS s'en est déjà fait l'écho, la justice française considère qu'un contrat de pari est un engagement ferme et définitif, lequel ne saurait être remis en cause par une erreur imputable au bookmaker. La FdJ en a fait les frais il y a quelques jours, à l'occasion des 16e de finale de Coupe de France féminine de handball, en confondant le club de Palente Besançon (3e division) avec celui de l'ESBF Besançon (1re division). Résultat : une cote de 3,40 attribuée aux grands favoris du match, comme l'explique L'Est Républicain.