mercredi 13 avril 2016 à 15:20

Des eGames en parallèle des Jeux Olympiques de Rio, un cadre juridique mouvant en France... L'e-sport est en plein boum et les opérateurs de paris sportifs comptent bien surfer sur la vague. Selon certains analystes, le secteur pourrait générer entre 20 et 25 milliards de dollars de mises à l'international d'ici 2020.

Tournoi e-sport

Des paris sur les championnats du monde de Call of Duty ou de League of Legends, les grands bookmakers étrangers comme Bet365 ou Paddy Power en proposent déjà depuis quelque temps. Néanmoins, c'est le volume croissant des mises enregistrées lors de ces événements qui vaut cette semaine à CNBC un article au titre éloquent : Les paris sur l'e-sport, une future aubaine pour l'industrie des jeux d'argent.

 

Si le secteur reste aujourd'hui à l'état embryonnaire, son volume de paris excéderait déjà chez certains bookmakers celui de sports comme le golf ou le rugby. La tendance, quant à elle, serait clairement à la hausse et épouserait celle de la popularité des compétitions d'e-sport elles-mêmes. En témoigne cette étude réalisée par le cabinet Eilers & Krejcik Gaming, qui estime qu'à l'horizon 2020 l'e-sport génèrerait à lui seul 23,5 milliards de dollars de paris et 1,8 milliard de revenus pour les opérateurs.

 

Cette projection à l'échelle mondiale cache cependant de grandes disparités selon les continents. Ces dernières années, l'e-sport s'est développé beaucoup plus rapidement en Asie et en Amérique du Nord qu'en Europe. Ce retard, la France espère d'ailleurs le combler grâce à l'instauration d'un cadre juridique plus souple. Alors que l'e-sport était jusqu'alors intégré par défaut à la catégorie des jeux d'argent, le projet de loi pour une République numérique intègre un volet — âprement négocié — destiné entre autres à :

  • définir un statut légal du joueur ;
  • favoriser la diffusion des compétitions ;
  • et in fine, indirectement, convaince des investisseurs de placer leurs billes dans l'Hexagone et d'en faire un pionnier européen.

 

Des acteurs comme L'Équipe n'ont, pour rappel, pas attendu ce réveil législatif pour embrasser le phénomène. Le quotidien consacre depuis plusieurs mois de nombreux articles à ce secteur d'activité (le dernier en date). La première édition de son E-Football League, premier championnat de France de FIFA16, a par ailleurs enregistré un succès encourageant sur l'antenne de L'Équipe 21.

Si tu vas à Rio...

Jeux Olympiques e-sport

À l'initiative du gouvernement britannique et de l'International eGames Committee (IEGC), les Jeux Olympiques de Rio auront droit à leur équivalent sur le terrain de l'e-sport : les eGames, dont le concept a été dévoilé la semaine dernière lors du London Games Festival.

Programmé sur deux jours et dépourvu d'enjeu financier, l'événement visera à sensibiliser un plus large public à l'univers du sport électronique. Mieux, il est d'ores et déjà acquis qu'ils seront pérennisés en marge des prochains rendez-vous olympiques d'hiver comme d'été. Les épreuves, les disciplines et les formats des compétitions restent cependant à déterminer.

Vos commentaires sur cette news dans le forum :
L'e-sport a-t-il un avenir dans le pari sportif ?
Cette news a suscité 2 commentaires :
News

Des eGames en parallèle des Jeux Olympiques de Rio, un cadre juridique mouvant en France... L'e-sport est en plein boum et les opérateurs de paris sportifs comptent bien surfer sur la vague. Selon certains analystes, le secteur pourrait générer entre 20 et 25 milliards de dollars de mises à l'international d'ici 2020.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que les paris sportifs dans le secteur des jeux vidéos de simulation sportive, vont largement se développé dans un futur proche. Quand on voit le nombre de personnes qui assistent aux coupe du monde des gamers FIFA, le marché potentiel est immense. 

Les paris pourraient même se développer dans d'autres secteurs comme les jeux en FPS avec les fameux Call off duty ou la coupe du monde rassemble aussi un grand nombre de fans chaque année eux USA. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela existe déjà sur le .com en fait.

Par contre je doute très fortement que cela ait une viabilité sur le .fr car il est assez complexe de sortir un edge niveau betting dans ce genre de compétitions, je pense.

 

Par ailleurs, il existe du betting sur de vraies simulations sur FIFA par exemple mais aussi sur CS:GO il me semble.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire les 2 commentaires sur le forum
Les news à la Une
jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.

mardi 23 avril 2019 à 9:47
HOT !
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL en remet une couche

En novembre 2017, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) soulignait que les règles du code de la consommation s'opposaient à une pratique répandue chez les bookmakers : le refus ou la limitation des paris des plus gros gagnants. Au regard des arguments présentés par certains opérateurs devant la justice, le régulateur estime aujourd'hui devoir rappeler son interprétation de la loi.