mercredi 17 juin 2020 à 10:03

Son nom ne vous dit rien, et pourtant Denise Coates a posé les bases de l'industrie des paris sportifs en ligne telle que vous la connaissez aujourd'hui. Ce statut de pionnière méritait bien une généreuse rétribution : la patronne de Bet365 est aujourd'hui la seconde femme la plus riche du Royaume-Uni.

Denise Coates

Chaque année c'est le même rituel : en décembre, la presse économique titre sur les montants records engrangés par Denise Coates. Il y a six mois, The Independent perpétuait la tradition en rapportant un revenu de 323 millions de livres en 2019, soit une hausse de 57 millions en comparaison de l'exercice précédent. Et si l'on étend le spectre aux trois dernières années, le magot dividences inclus dépasse le milliard. Ne cherchez pas : aucun autre chef d'entreprise britannique ne peut se targuer d'une telle rémunération.

 

Comment Denise Coates, 52 ans, a-t-elle bâti cet empire que Forbes évalue à 12,2 milliards de dollars ? Son portrait dressé il y a deux ans par Les Échos permet d'y voir plus clair. Comme souvent, il s'agit d'abord d'une histoire familiale. Son père Peter a construit sa fortune dans le milieu du ballon rond, en particulier en développant une société de restauration et de services spécialement dédiée aux clubs de football. Avant de devenir bien plus tard le président du club de Stoke, qu'il amènera jusqu'en Premier League, il fait aussi l'acquisition en 1974 de trois boutiques de paris sportifs.

 

C'est dans ces magasins que sa fille Denise va grandir, donnant un coup de main ici ou là tout en se forgeant une solide culture de l'univers des paris sportifs. Titulaire d'un diplôme en économétrie, elle fait bénéficier l'entreprise de ce bagage en tant que directrice financière à partir de 1995. La croissance de Provincial Racing accélère alors significativement. L'empire familial compte une cinquantaine de boutiques quand son père, conscient des qualités de sa progéniture, lui confie le costume de directrice générale. S'ensuit une série d'acquisitions de chaînes concurrentes qui assoit un peu plus la domination du groupe outre-Manche.

 

Mais au début des années 2000, un autre terrain de jeu fait de l'œil à la femme d'affaires. Depuis 1996, les bookmakers en ligne essaiment aux États-Unis. À l'époque, le paysage du pari sportif n'a pas grand chose à voir avec ce qu'il est aujourd'hui. Les opérateurs se focalisent généralement sur un seul sport et leurs plateformes se présentent sous un jour austère et peu accessible. La métamorphose de cet univers va néanmoins s'accélérer sous l'impulsion de Denise Coates, qui dès 2000 achète le nom de domaine Bet365.com.

 

La manœuvre s'accompagne d'un emprunt de 18 millions de livres avec le business familial comme garantie. Hors de question en effet de se lancer trop vite sur ce marché naissant : Denise souhaite que son logiciel soit développé en interne, ce qui à l'époque s'avère inédit. Ce choix est essentiel sur le plan stratégique car il lui permet de poser les fondations d'une plateforme bien plus accessible et ergonomique que la moyenne. En 2001, Bet365 accueille ses premiers parieurs et le succès est immédiatement au rendez-vous. Il faut dire qu'au-delà de la qualité de son logiciel, l'entreprise se distingue de la concurrence par la diversité de ses supports de paris : de nombreux sports sont proposés en parallèle du football, et l'offre ne se limite pas aux compétitions organisées sur le sol britannique.

 

Les quatre années qui suivent confirment le décollage de cette entreprise familiale dont elle détient 50,01 % des parts. Avec son frère John et son père, Denise procède donc à la vente des boutiques de paris pour un montant de 40 millions de livres. Son activité se concentrera désormais sur la Toile, avec en parallèle des paris sportifs le développement d'une offre de jeux de casino. Et puisqu'on vous la présentait en introduction comme une pionnière qui a établi de nouveaux standards, difficile de conclure sans dire un mot d'une autre grande innovation à mettre au crédit de Denise Coates : les paris gratuits, un outil qui deviendra essentiel dans l'arsenal des bookmakers pour toucher un nouveau public.

Les news à la Une
mercredi 10 juin 2020 à 9:57
Bilan trimestriel de l'ARJEL (T1 2020) : les paris sportifs freinés par le confinement

Peut-être avez-vous remarqué que des événements majeurs se sont produits en France et dans le monde ces derniers mois ? Eh bien figurez-vous que leur impact sur l'industrie des paris sportifs n'a pas été anodin. L'ARJEL vou explique tout dans son bilan d'activité du premier trimestre, lequel n'a pour rappel compté que deux semaines de confinement.

jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.