mardi 10 janvier 2017 à 13:31

La FIFA a finalement franchi le Rubicon : sous l'impulsion de Gianni Infantino, son président, la fédération a validé le principe d'un Mondial à 48 équipes à partir de 2026. Si l'annonce a fait quelques heureux comme Diego Maradona ou David Trezeguet, les interrogations et la déception prennent massivement le dessus sur la Toile.

Coupe du Monde de football

Qui aura le privilège de passer ce coup de gueule lors du prochain podcast du Bar des Sports ? Une chose est sûre : si l'attribution du Mondial 2022 au Qatar avait donné lieu à des réactions indignées, l'édition suivante aura elle aussi droit à son lot de polémiques et de débats.

 

Il y a quelques heures, le Conseil de la Fédération Internationale s'est en effet prononcé à l'unanimité en faveur d'un élargissement de la Coupe du Monde de football à 48 équipes à partir de 2026. L'instance assure avoir pris cette décision en tenant compte de trois arguments : un accroissement de l'exposition du tournoi, une meilleure prise en compte de l'intérêt des petites nations, et enfin des revenus financiers à la hausse. Selon un rapport interne, cette nouvelle formule serait ainsi susceptible de générer 605 millions d'euros de revenus de plus que le Mondial russe à 32 équipes.

Coupe du Monde nouvelle formule

De là à imaginer que les intérêts financiers ont pris le pas sur les enjeux sportifs, il n'y a toutefois qu'un pas que certaines des modalités du nouveau format encouragent à franchir :

  • le découpage de la première phase en 16 groupes de trois équipes, avec un seul éliminé par poule, qui sur le papier n'est guère emballant et semble plus propice aux situations à risque lors du troisième match ;
  • l'idée, actuellement au stade de la réflexion, de tirs au but systématiques en cas de match nul ;
  • ou encore ces deux années de qualification qui risquent d'être encore un peu plus vidées de leur substance sur certains continents.

 

Subsistent par ailleurs quelques inconnues au milieu de ce capharnaüm, au premier rang desquelles la répartition des nouveaux strapontins qualificatifs par continent. L'Afrique, l'Asie et l'Océanie devraient a priori être les principaux bénéficiaires du nouvel agencement, ce qui en soi n'est pas une mauvaise nouvelle pour l'universalité de la compétition, tandis que l'Europe aurait droit à trois représentants supplémentaires (actuellement 13 sur 32).

Deux des nombreuses réactions sur Twitter

Réactions Twitter à la nouvelle formule du Mondial
Vos commentaires sur cette news dans le forum :
Coupe du Monde de football : les 48 équipes ne font pas l'unanimité
Cette news a suscité 1 commentaire :
News

La FIFA a finalement franchi le Rubicon : sous l'impulsion de Gianni Infantino, son président, la fédération a validé le principe d'un Mondial à 48 équipes à partir de 2026. Si l'annonce a fait quelques heureux comme Diego Maradona ou David Trezeguet, les interrogations et la déception prennent massivement le dessus sur la Toile.

[...] Lire la suite…



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lire le commentaire sur le forum
Les news à la Une
jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.

mardi 23 avril 2019 à 9:47
HOT !
Interdictions et limitations des paris : l'ARJEL en remet une couche

En novembre 2017, l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) soulignait que les règles du code de la consommation s'opposaient à une pratique répandue chez les bookmakers : le refus ou la limitation des paris des plus gros gagnants. Au regard des arguments présentés par certains opérateurs devant la justice, le régulateur estime aujourd'hui devoir rappeler son interprétation de la loi.