mercredi 10 juin 2020 à 9:57

Peut-être avez-vous remarqué que des événements majeurs se sont produits en France et dans le monde ces derniers mois ? Eh bien figurez-vous que leur impact sur l'industrie des paris sportifs n'a pas été anodin. L'ARJEL vou explique tout dans son bilan d'activité du premier trimestre, lequel n'a pour rappel compté que deux semaines de confinement.

Chute footballeur

Allez savoir pourquoi : quand vous décidez l'annulation de la majorité des grandes compétitions sportives, le montant des mises engagées par les parieurs subit mécaniquement une baisse drastique. Le dernier rapport de l'ARJEL ne se contente heureusement pas de dresser ce constat, mais examine en profondeur la situation à la lumière de quelques chiffres clés.

 

Premier enseignement : il ne suffit pas de deux semaines de confinement pour anéantir trois mois d'activité en plein boum. Ainsi, les opérateurs du segment enregistrent des mises en très léger repli de 4 % à hauteur de 1 220 millions d'euros. Ces mises étaient même en progression de 11 % sur les deux premiers mois de l'année, avant de subir un recul inévitable de 40 % en mars.

 

"Une baisse des enjeux n'avait plus été observée sur un trimestre depuis près de neuf ans", relève l'ARJEL. Et pourtant, le Produit Brut des Jeux (PBJ) du secteur demeure bel et bien en hausse de 18 % pour atteindre 263 millions d'euros. Il s'agit d'un nouveau record, et autant vous dire tout de suite qu'il ne sera pas battu lors du prochain bilan trimestriel.

 

Comment expliquer cette progression du PBJ ? Par un très bon début d'année (la croissance était encore de 48 % fin février), mais pas seulement si l'on en croit le régulateur qui note que "cette hausse s'explique par les résultats sur les compétitions de football très favorables aux opérateurs". Spoiler alert : leur chance a tourné par la suite.

ARJEL paris mises T1 2020
L'évolution des mises sur le trimestre

Autre indicateur de l'impact du confinement : le nombre moyen de comptes joueurs actifs a progressé de 2 % sur le trimestre pour atteindre 670 000 unités, mais seuls 220 000 comptes sont restés actifs lors des deux dernières semaines. Il faut croire que le championnat de football biélorusse n'a toujours pas la même attractivité que la Liga ou la Premier League.

 

L'ARJEL donne donc rendez-vous à ses fans en septembre pour un nouveau rapport d'activité plus instructif : "L'effet plein de la crise sanitaire ne pourra être véritablement apprécié que dans les données consolidées du second trimestre, ainsi que celles des trimestres suivants". D'ici là, la situation se sera naturellement éclaircie avec la relance des principales compétitions sportives. La rentrée s'annonce même assez dynamique avec la concentration en septembre et octobre de plusieurs grands événements comme Roland-Garros ou le Tour de France.

Les news à la Une
jeudi 23 avril 2020 à 14:54
Télex

Ce changement de nom n'aura aucune incidence sur le parcours des joueurs de la plateforme : tous les détails de leurs comptes restent les mêmes. La manœuvre vise bien entendu à identifier plus clairement la marque et, comme l'indique le communiqué du groupe, son appartenance à la "famille PokerStars".

mardi 17 décembre 2019 à 15:59
Télex

C'est une info signée L'Équipe : plusieurs salariés de Winamax sont en garde à vue dans le cadre d'une affaire de paris suspects, lesquels portent sur un match de Ligue 1 algérienne disputé en mai 2018. La rencontre avait fait l'objet de paris anormalement élevés sur un score exact de 3-2. Parmi ces paris, quelques mises plus modestes pourraient avoir été l'œuvre des employés suspectés.